Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

«Un vote blanc, pour moi, en tant que photographe, c'est dire noir sur blanc le refus d'être
coincé par des choix imposés.   Il est indispensable que l'on mette à la disposition des électeurs
des bulletins de vote blanc et essentiel que ces votes soient comptabilisés et non amalgamés
aux votes nuls. Où en est-on avec la démocratie ?   Je souhaite que l'on explique pour quelles
raisons l'idée du vote blanc est impraticable. »

  Henri Cartier-Bresson Le Monde, 1995

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 01 42 11 96 86 - Fax 01 79 73 38 16  - vote-blanc@orange.fr

Adhérer à l'Association


Les 6 rubriques du menu

ACTUALITE

LE NEW-HAMPSHIRE EN ROUTE VERS LE VOTE BLANC ?

Le sénateur républicain Charles Weed a proposé l'idée que la case 'Pour aucun des candidats' (None of the above - NOTA) soit intégrée dans les bulletins proposés aux électeurs du New-Hampshire. Si cette mesure devenait effective, l'Etat rejoindrait le Nevada qui depuis 1976 l'applique. Mais ce vote NOTA n'a aucune influence sur les résultats ce qui, pour nous, est une avancée bien trop timide.

LES MUNICIPALES RELANCENT LA MAUVAISE IDEE

DU VOTE OBLIGATOIRE

Lire l'avis de personnalités pour et notre réponse contre le vote obligatoire

TOUT CA C'EST DU VENT

Même le ministre chargé des relations avec le parlement de l'ancien gouvernement, Alain Vidalies, le reconnaissait, goguenard, devant les sénateurs le 12 février. Voter blanc c'est comme pisser dans un violon, même après le 1er avril:

« Vous avez aussi imputé le report de l’application du présent texte aux prochaines élections européennes à une manœuvre politique de la part du Gouvernement. Mais à supposer que le mot d’ordre de tous les mécontents de l’action gouvernementale aux prochaines élections municipales fût le vote blanc et que le présent texte s’appliquât à ces élections, une telle perspective serait plutôt rassurante pour le Gouvernement, puisque les votes blancs ne seraient pas comptés parmi les suffrages exprimés. »

Les mécontents de l'action gouvernementale ont trouvé un autre moyen de le dire.

Une nouveauté depuis le 1er avril

LA LOI GERARD MAJAX ENTRE EN VIGUEUR

Gérard Majax

 

AVANT LE 1er AVRIL

L'enveloppe contenant un papier blanc et vierge et celle contenant deux bulletins opposés étaient rangées dans la catégorie 'blanc ou nul'.

APRES LE 1er AVRIL

L'enveloppe de gauche part dans la catégorie 'Vote blanc' tandis que celle de droite rejoint la catégorie 'Vote nul'. Il ne vous aura pas échappé en effet que le papier blanc exprime le rejet de l'offre électorale alors que les deux bulletins opposés sont une insulte à la République.

APRES LE 1er AVRIL

Il est évident que l'enveloppe vide de gauche n'est pas le produit de l'oubli de glisser le bulletin de la part d'un électeur étourdi tandis que les mots 'vote blanc' écrits sur le bulletin sont incontestablement une erreur. L'enveloppe de gauche va au Panthéon 'Vote blanc' tandis que le bulletin de droite est relégué dans la rubrique 'Vote nul'.

AVANT LE 1er AVRIL

Tous les bulletins ci-dessus étaient censurés, annulés et finissaient à la

APRES LE 1er AVRIL

Les bulletins de droite, dits 'nuls', sont censurés, annulés et finissent à la 

tandis que les papiers blancs et vierges et les enveloppes vides sont honorés, censurés, annulés et finissent à la...

Les photos extraites du site du photographe Ludovic Lacreuse

«DISCRIMINATION, STIGMATISATION»

« Si le vote blanc n’est plus un vote nul, il n’est toujours pas un vote qui compte. La véritable innovation aurait été de faire en sorte que les bulletins blancs soient comptabilisés pour la détermination des suffrages exprimés. (…) Une fois encore, la loi visant à reconnaître le vote blanc manque sa cible. (...) Le législateur n’a pas souhaité remettre en cause cette situation [l'absence de bulletins blancs à disposition des électeurs dans les bureaux de vote ]. Son abstention atteste, si besoin en est, la stigmatisation persistante du vote blanc comme vote déviant. Le maintien du statu quo sur ce point est, en outre, problématique sur le plan juridique car il pérennise une discrimination entre les électeurs qui votent par le biais d’une machine à voter et les autres. (...) Si la portée de cette discrimination est partiellement atténuée avec l’extension de la catégorie du vote blanc à une enveloppe vide, sa persistance contribue à souligner que les apports de la loi du 21 février 2014 sont timides, voire anecdotiques. »

Charles-Edouard Sénac Maître de conférences en droit public à l'Université de Picardie - Jules Verne et membre du CURAPP-ESS UMR 7319

Lire l'intégralité de l'article: La loi “reconnaissant” le vote blanc : l’art de prendre les électeurs pour des pions