Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

«Un vote blanc, pour moi, en tant que photographe, c'est dire noir sur blanc le refus d'être
coincé par des choix imposés.   Il est indispensable que l'on mette à la disposition des électeurs
des bulletins de vote blanc et essentiel que ces votes soient comptabilisés et non amalgamés
aux votes nuls. Où en est-on avec la démocratie ?   Je souhaite que l'on explique pour quelles
raisons l'idée du vote blanc est impraticable. »

  Henri Cartier-Bresson Le Monde, 1995

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 01 42 11 96 86 - Fax 01 79 73 38 16  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association

L'Association fête ses 20 ans d'existence.


Les 6 rubriques du menu

ACTUALITE

 


TOUT VA TRES BIEN MADAME LA MARQUISE

Le ministère de l'intérieur ne veut pas voir la réalité. La première réponse qu'il fait le 17 juillet à deux sénateurs UMP (Bernard Saugey et Michel Savin) montre que la question du vote blanc ne les intéresse pas. Les deux sénateurs appelaient l'attention du ministère sur les enveloppes vides qui, à des élections comme les municipales ou les européennes où les bulletins sont de format A4, rompent le secret du vote puisque l'on eut voir que l'électeur n'a rien mis). Voici la réponse:
"Les dispositions de l'article 15 du décret n° 2013-938 du 18 octobre 2013 portant application de la loi n° 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral précisent le format réglementaire des bulletins de vote. L'éventuelle gêne occasionnée par la taille du bulletin par rapport à l'enveloppe et les risques portés à la confidentialité du scrutin en cas de vote blanc n'ont jusqu'à présent fait l'objet d'aucun contentieux. Aucun juge administratif n'a été amené à invalider la procédure de vote actuelle au motif d'atteinte à la confidentialité du vote. En conséquence, il n'est pas envisagé de modifier les dispositions de l'article 15 du décret susmentionné.
"
 


 Après la nouveauté du vote blanc aux Européennes

L'ASSOCIATION DEMANDE UN PREMIER BILAN
AU MINISTRE DE L'INTERIEUR

Lire notre courrier au ministère
 
Notre démarche est rejointe par des parlementaires. Le  député Marc Dolez vient d'adresser une question au ministère de l'intérieur


Le député Marc Dolez


14ème législature
Question N° : 59164 de M. Marc DolezGauche démocrate et républicaine - Nord ) Question écrite
Ministère interrogé > Intérieur Ministère attributaire > Intérieur
Question publiée au JO le : 08/07/2014

Texte de la question

M. Marc Dolez appelle l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur la loi du 21 février 2014 qui a modifié le code électoral pour distinguer le vote blanc du vote nul. Il lui demande de bien vouloir lui communiquer le bilan de la première application de cette mesure lors des élections européennes du 25 mai 2014, sachant que paradoxalement les électeurs n'ont pas eu de bulletins blancs à leur disposition dans les bureaux de vote. C'est pourquoi il lui demande également de lui indiquer les dispositions qu'il compte prendre pour remédier à cette situation lors des prochains scrutins, en souhaitant que le vote blanc puisse le plus rapidement possible devenir un suffrage exprimé.



 
BLANC C'EST BLANC
 
C'est ce que rappelle le Journal Officiel dans sa proclamation des résultats des élections européennes ce 1er juin.

Les rédacteurs de cette mise à plat des résultats se sont trouvés confrontés au nouveau vote blanc. Si celui-ci n'apporte aucune reconnaissance réelle pour ceux qui le choisissent - voir ci-dessous nos 4 questions - il complique la lecture des votes dits non exprimés. En avril, le député Maurice Leroy et le sénateur Yves Détraigne ainsi qu'en mai le sénateur socialiste Roland Courteau avaient attiré l'attention du ministère sur la complication entraînée par l'absence de bulletins blancs officiels dans les bureaux de vote qui contraignaient les électeurs à confectionner eux-mêmes un bulletin blanc à la bonne dimension. Tout ça pour rester inaudibles mais avoir l'honneur de ne pas figurer dans l'infâme catégorie des bulletins nuls. Le ministère n'a toujours pas répondu.
Le JO fait un premier pas: «Il convient, dans le souci de respecter la volonté du législateur, de regarder comme bulletin blanc tout bulletin de papier blanc, quel que soit son format ou son grammage, dès lors qu’il ne comporte aucun signe de reconnaissance

Tout ceci est une perte de temps. La véritable question à se poser est celle que pose au même ministre le député UMP Guy Teissier. A quand la suite, c'est-à-dire le vote blanc compté comme suffrage exprimé ?
 


 
4 questions pour un bilan des élections européennes en France

 
ET IL EST OU LE VOTE BLANC RECONNU ?

Les parlementaires et les membres du gouvernement nous ont répété pendant tout le temps de la navette entre l'Assemblée et le Sénat de la proposition de loi de l'UDI que le texte apporterait une grande satisfaction aux défenseurs du vote blanc. En le distinguant du vote nul, le vote blanc allait prendre toute sa dimension et rien ne servait de l'intégrer aux suffrages exprimés.

La première élection appliquant cette mesure vient d'avoir lieu. Un premier bilan s'impose:
La personne qui voulait connaître le  nombre de bulletins blancs déposés le 25 mai a-t-elle pu avoir la réponse plus vite et plus facilement qu'avant ? NON. Comme par le passé, il aura fallu attendre le lendemain et aller sur le site du ministère de l'intérieur, ce que peu de gens font. Peu de journaux auront donné l'information. Pas de progrès de ce côté là. Et que l'on ne dise pas qu'il faut le temps que cette mesure s'installe dans les habitudes. C'est plutôt cette année, quand le vote blanc connaissait cette modification, que les médias auraient dû être enclins à y porter un projecteur. Pas dans dix ans, au moment où ce même changement aura été oublié.
- Les télévisions et les radios auront-elles donné une estimation du vote blanc avant 20H et après ? NON. Si les abstentionnistes ont toujours aussi vite connu leur score, ceux qui ont voté blanc sont restés autant dans l'ignorance qu'avant. Normal quand on sait que ce vote blanc n'a aucune influence sur les résultats. Quand le vote blanc représentera plus de 50% des électeurs et l'abstention 4%, alors peut-être les médias jugeront intéressant d'afficher les estimations du premier très vite. Mais c'est un scénario inenvisageable.
- Connaît-on mieux le vrai résultat du vote blanc ?  NON. Aujourd'hui, on dit que le vote blanc, vertueux, est plus important que le vote nul, ordurier et ridicule. Mais sait-on que c'est un coup de dés qui en a décidé ainsi ? Si la demande des sénateurs de laisser les enveloppes vides dans la catégorie des votes nuls - soutenue par les députés UDI le 12 février en séance publique - avait été retenue, le score des bulletins blancs - papier blanc et vierge - aurait été dérisoire et celui du vote 'nul' bien plus haut. Depuis toujours, les enveloppes vides ont constitué l'essentiel des bulletins rangés dans la catégorie 'blanc ou nul'. Suivant où vous les classez vous orientez le résultat. Et pourquoi les députés ont convaincu les sénateurs de rejoindre leur position ? Parce qu'il n'était pas question de mettre à disposition des électeurs des bulletins blancs dans les bureaux de vote, la France en faillite n'ayant plus d'argent, et qu'il fallait penser à ceux qui auraient oublié de venir avec leur propre bulletin blanc. L'enveloppe vide était la sortie de secours.
- L'électeur ne se laisse-t-il vraiment pas aller à voter blanc sans raison quand on ne le tente pas avec des bulletins blancs officiels posés à côté des autres bulletins ? NON. L'info plus bas comparant la France et l'Inde développe cette réponse.


France 4,04%* - Inde 1,1%
 
Point commun entre la France et l'Inde cette année, l'inauguration d'un vote blanc compté en tant que tel. En Inde, aux élections législatives d'avril-mai, les électeurs indiens ont trouvé sur leur bulletin une case NOTA (pour aucun des candidats). En France, le vote blanc, pour la première fois, était séparé des bulletins nuls. Dans les deux pays, ce vote 'blanc' ou 'NOTA' restait exclu des suffrages exprimés.

LUTTER CONTRE LES IDEES FAUSSES ET SIMPLETTES
 
Les électeurs français n'ont pas trouvé dans les bureaux de vote des bulletins blancs officiels parce que les parlementaires ont considéré que c'était une dépense insupportable pour l'Etat en faillite mais aussi que les électeurs, placés devant une telle tentation, n'y résisteraient pas et en abuseraient au point de mettre en péril notre chère République.
Les électeurs indiens, moins bien protégés que nous par leurs législateurs, ont eu sous les yeux le fruit défendu et pourtant ils s'en sont moins servis que les Français.
 
Les Indiens nous montrent ainsi que le citoyen du XXIè siècle n’est pas l’enfant que notre élite politicienne nous brandit pour ne pas avancer vers une démocratie où le peuple aurait plus de pouvoir. Il a grandi ce citoyen et même si le vote blanc devenait un suffrage exprimé, les électeurs n’y recourraient que s’ils le jugeaient utile et non pour le plaisir de bloquer les institutions.

* 4,04% est la part des bulletins blancs ou nuls. Tant que des bulletins blancs officiels ne sont pas disponibles, on sait que beaucoup d'électeurs ne sont pas au courant de cette distinction 'blanc'/'nul' et il faut donc les associer encore. Mais même si on ne tenait compte que  des bulletins blancs stricto sensu, on  en aurait , largement, deux fois plus en France qu'en Inde (2,78%).
 

797 504
bulletins blancs ou nuls
Désolé, nous continuons à mélanger bulletins blancs et bulletins nuls. Plus de 99% d'entre eux sont, dans l'esprit, des votes blancs. S'il doit y avoir des erreurs, elles peuvent autant être dans deux bulletins différents glissés par inadvertance dans la même enveloppe que dans l'absence de bulletin dans une autre enveloppe parce qu'on a oublié le bulletin préparé à l'avance dans la poche de sa veste.
Si les bulletins blancs sont plus nombreux que les bulletins nuls, c'est que le législateur a décidé, après hésitation, que les enveloppes vides seront des bulletins blancs.
Tous ces bulletins doivent être réunis parce qu'ils connaissent le même sort: la censure. Ils sont tous annulés, donc tous nuls.
 
4,04%
de bulletins blancs ou nuls (et non pas 2,78%)
 
Il y a eu plus de bulletins blancs ou nuls qu'en 2009 (797 504 contre 773 457) mais la part des votants est inférieure que cinq ans plus tôt (4,30%). Cela est dû à une plus forte participation (1,8 million d'électeurs en plus). Pour une élection à un seul tour et à la proportionnelle, ce n'est pas un résultat marginal.


Voir le graphique de l'abstention et du vote blanc ou nul dans les 28 pays de l'Union


 
Répartition des votes blancs ou nuls
Européennes 2014

 

 

 
NOUS VOTONS COMME NOS ARRIERE-GRANDS-PERES
 
C'est le 29 juillet 1913 que le code électoral a été modifié pour rendre les électeurs plus autonomes en introduisant dans les bureaux de vote les premiers isoloirs et les premières enveloppes. Mais la mise en pratique a été effective aux mois d'avril et mai, pour les deux tours des législatives de 1914. Nos arrières grands pères ont donc pu voter avec moins de pression. Mais ils n'ont pas été considérés comme des êtres assez responsables pour être dignes de pouvoir déposer un vote blanc qui aurait été intégré aux suffrages exprimés. Le législateur en est resté à la position du monarque absolu Napoléon III de 1852.

Depuis cent ans, rien n'a changé. La Grande Guerre a homogénéisé la France mais un siècle plus tard, si le vote a été étendu à de nouvelles populations (femmes, 18-20 ans, citoyens européens), il n'a pas été approfondi. En 2014, le citoyen ne peut pas faire plus preuve de libre arbitre que ses ancêtres d'avant la boucherie. 



 

LAUREAT DU 4è (2014) PRIX VOTE BLANC
DE LA CRETINERIE D'OR:
CHARB

Compétition serrée cette année qui opposait 8 candidats. Charb l'a emporté d'une courte tête mais il décroche le titre. Il a battu de justesse le sénateur Michel Mercier: «Les bulletins blancs, ce sont des histoires à la noix de coco montées en épingle par des ratiocineurs incapables de se faire élire !»  débat en commission au sénat, 5 février 2014.
Mais cette sortie au sénat étant plus burlesque que réfléchie et l'UDI ayant été primé en 2013, la victoire de Charb satisfait finalement tout le monde. 


QUAND UN BEAUF SE DONNE DES AIRS DE LIBERTAIRE,

IL SIGNE CHARB
 

«Si le menu de la cantine ne te plaît pas, passe de l’autre côté du zinc et cuisine toi-même! Et si tu ne veux pas accepter de prendre des responsabilités, milite pour le système politique le plus exigeant du monde: l’anarchie.» Charb, Charlie Hebdo, 13 décembre 2013.

Cliquer sur l'image pour accéder au document initial. Le dessin montre bien le sort réservé au vote blanc, même après la réforme du 1er avril.


Autant nous partageons sa critique sur la soi disant reconnaissance du vote blanc que nous ont vendu l'UDI et le PS qui prend les électeurs pour des imbéciles, autant on retombe dans les pires clichés que l'on a entendus aussi bien du côté du PS que du côté de l'UMP ces dernières années, quand il se croit obligé de jouer les avant-gardistes qui ont tout compris et de mépriser le vote blanc - qui ne lui a rien demandé - en tant qu'expression de démissionnaire.
Notre réponse à Charb
, la liste des autres concurrents et les vainqueurs précédents.


 

 

La gauche milite pour
UN VOTE OBLIGATOIRE DEVERGONDÉ


Lire les raisons de notre opposition au vote obligatoire.

Jusqu'à l'an dernier, quand un parlementaire jugeait que la solution pour enrayer la hausse de l'abstention était le vote obligatoire, il rédigeait une proposition de loi associant le vote blanc compté comme suffrage exprimé au vote obligatoire. Le vote blanc était la vaseline censée faire passer plus facilement ce coup tordu adressé aux électeurs. Maintenant que la loi du 21 mars est effective et se contente de distinguer les bulletins blancs des bulletins nuls, il n'y a plus de gène et voici qu'en ce mois de juin, une proposition de loi d'un sénateur PS et la demande d'ouverture d'un groupe de travail d'une sénatrice PRG réclament le vote obligatoire en ne faisant plus référence au vote blanc compté comme un suffrage exprimé.

 

« un pas supplémentaire dans la modernisation de notre représentativité démocratique »
(!!?!! - NDLR)

Françoise Laborde est sénatrice du Parti radical de Gauche. C'est elle qui a proposé le jeudi 19 juin d'aller dans le sens du progrès démocratique en imposant le vote obligatoire. Elle attire l'attention du Premier ministre « sur l'urgence d'ouvrir un travail de consultation et de réflexion en vue d'instaurer le vote obligatoire. » (Lire le texte de sa question). Dans son plaidoyer, on comprend que la distinction bulletins blancs/bulletins nuls la satisfait et il n'est donc plus question de demander de compenser l'obligation d'aller voter par l'obtention d'un vote blanc enregistré comme un suffrage exprimé.
L'Association pour la reconnaissance du vote blanc est contre le vote obligatoire même accompagné d'un vote blanc vraiment reconnu et encore plus contre ce vote obligatoire dévergondé. Sous le maquillage d'une modernisation de notre vie politique on veut contraindre l'électeur pour cacher l'impéritie de notre personnel politique.


Pour nous, la modernisation consiste plutôt à donner plus de pouvoir à l'électeur parce qu'on a confiance en lui que de le sanctionner. Il faut allier un vote blanc à égalité avec les votes pour les candidats à la liberté de ne pas aller voter. L'objectif de candidats à une élection doit être une forte participation alors que les électeurs n'étaient pas obligés de venir et non une victoire à la Pyrrhus où le nombre de suffrages pour le vainqueur représente un faible pourcentage du nombre de votants.

Lire une version plus longue


 

C'est ce qui pourrait arriver en France

PRIMAIRES AU NEVADA

LE VOTE BLANC L'EMPORTE MAIS UN CANDIDAT EST VAINQUEUR


Le mardi 10 juin ont eu lieu dans chaque parti les primaires pour désigner le candidat à l'élection du gouverneur qui se tiendra en novembre. Côté Démocrates, les électeurs n'ont pas été convaincus par les personnalités présentées et le vote blanc (NOTA - None of the above) est arrivé en tête: 21 718 voix contre 17 950 pour le premier arrivé en tête, Bob Goodman. C'est pourtant lui qui représentera les Démocrates en novembre parce que si l'option NOTA est présente sur le bulletin, c'est un suffrage non exprimé. Comme en France. Voilà pourquoi c'est ce qui pourrait se produire chez nous, le vote blanc en tête mais un candidat ayant moins de voix élus.