Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

« Celui qui est convoqué n'a plus à se demander : ‘’Que voulait-on de moi, en m'appelant?'
—mais bien : ‘’Que veux-je, maintenant que je suis présent à l'appel ?’»

  Max Stirner L'Unique et sa Propriété

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 01 42 11 96 86 - Fax 01 79 73 38 16  - vote-blanc@orange.fr

Adhérer à l'Association


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

« LE VOTE BLANC FAIT PEUR »

 

Entretien de José Saramago au Monde. Extraits :

 

Entretien

José Saramago : "Nous ne vivons pas en démocratie"

 

(…)

La Lucidité se lit comme une suite de L'Aveuglement. Etait-ce prémédité ?

Absolument pas. Lorsque j'ai débuté La Lucidité, je ne pensais pas à la possibilité ou à la nécessité de relier ce livre à L'Aveuglement. Et puis, au cours de la rédaction, je me suis rendu compte que cela était inévitable car la situation exceptionnelle de cécité qu'avait connue la ville que j'avais inventée, les souffrances qu'elle avait endurées, pouvaient être guéries par une prise de conscience. A travers cette métaphore, j'explique que le regard ne fait que passer à la surface des choses. Il faudrait donc s'arrêter un peu, s'asseoir, faire silence, réfléchir, et pas seulement sur les conséquences de l'aveuglement qui a cours aujourd'hui, mais sur ses causes.

Diriez-vous que La Lucidité est votre livre le plus politique et le plus subversif ?

Il y a toujours une intention politique dans mes romans, mais c'est vrai que celui-ci est le plus directement politique parce qu'il parle du vote blanc et, de ce point de vue, il est le plus subversif. Au Portugal, beaucoup d'articles ont été d'une grande violence, voire intolérants. On m'a accusé de vouloir détruire la démocratie. J'en ai déduit que le vote blanc faisait peur. Lors d'une présentation du livre, l'ex-président de la République portugaise, Mario Soares, s'est exclamé : "Vous ne comprenez pas que 15 % de votes blancs seraient déjà la débâcle de la démocratie." La vraie débâcle serait 50 % d'abstentions, car, dans le vote blanc, il y a une démarche, un acte volontaire de l'électeur. Pour autant, je ne fais pas la propagande du vote blanc, simplement à travers les citoyens, je dis : "Ce que vous nous proposez n'est pas suffisant, il faut inventer autre chose. Et de grâce, sauvons la démocratie !" Je sais, cela peut sembler paradoxal que ce soit un communiste qui tienne ces propos (engagé au Parti communiste en 1959, José Saramago a participé à la révolution des oeillets, en 1974). Il m'arrive encore d'entendre : "Un communiste veut et voudra toujours détruire la démocratie." Mais ce n'est pas le cas, au contraire.

Comment jugez-vous ces réactions ?

Nous vivons à une époque où l'on peut tout discuter mais, étrangement, il y a un sujet qui ne se discute pas, c'est la démocratie. C'est quand même extraordinaire que l'on ne s'arrête pas pour s'interroger sur ce qu'est la démocratie, à quoi elle sert, à qui elle sert ? C'est comme la Sainte Vierge, on n'ose pas y toucher. On a le sentiment que c'est une donnée acquise. Or, il faudrait organiser un débat de fond à l'échelle internationale sur ce sujet et là, certainement, nous en arriverions à la conclusion que nous ne vivons pas dans une démocratie, qu'elle n'est qu'une façade.

Pour quelles raisons ?

Bien sûr on pourra me rétorquer que, en tant que citoyen et grâce au vote, on peut changer un gouvernement ou un président, mais ça s'arrête là. Nous ne pouvons rien faire de plus, car le vrai pouvoir aujourd'hui, c'est le pouvoir économique et financier, à travers des institutions et des organismes comme le FMI (Fonds monétaire international) ou l'OMC (Organisation mondiale du commerce) qui ne sont pas démocratiques. Nous vivons dans une ploutocratie. La vieille phrase, "la démocratie, c'est le gouvernement du peuple par et pour le peuple", est devenue "le gouvernement des riches par les riches et pour les riches".

 

(…)

 

Propos recueillis par Christine Rousseau

 LE MONDE | 23.11.06


Date de création : 07.12.2006 @ 01:07
Dernière modification : 06.01.2007 @ 18:44
Catégorie : - Littérature et vote blanc
Page lue 4326 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par sammoura le 24.07.2009 @ 01:58

salut

pour mieux élucider les idées de castoriadis sur la démocratie vous pouvez consulter notre site:
http://92.243.4.248/spip/
bonne continuation