Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

«Un vote blanc, pour moi, en tant que photographe, c'est dire noir sur blanc le refus d'être coincé par des choix imposés.   Il est indispensable que l'on mette à la disposition des électeurs des bulletins de vote blanc et essentiel que ces votes soient comptabilisés et non amalgamés aux votes nuls. Où en est-on avec la démocratie ?   Je souhaite que l'on explique pour quelles raisons l'idée du vote blanc est impraticable. »   Henri Cartier-Bresson Le Monde, 1995

Menu page d'accueil

Cliquez sur l'intitulé pour accéder à la rubrique:

Actualité
Présidentielle et législatives 2017
Proposition de loi UDI-PS de 2014
Elections de 2012 à 2015
Etranger
Divers

Actualité européenne = cevb.eu

Pour aller vite
Pour approfondir
 ↑  
Prix Crétinerie d'Or

Prix Vote Blanc de la Crétinerie d'Or.
CONCOURS 2017

Le prix honore chaque année des personnalités qui, par la profondeur de leur pensée, la pertinence de leurs remarques, ont réussi à démontrer que le vote blanc n'a pas lieu d'être.
 Voir plus en détails les lauréats et les candidats

Edition 2017

Lauréat collectif. C'est le slogan "Voter blanc, c'est voter Le Pen" de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

abstentionlepen.jpg

« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter pour Marine Le Pen » Manuel Valls BFM.TV 27 avril 2017
« C'est très grave de voter blanc. » Jean-Pierre Raffarin BFM TV
« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter le Pen. » François Bayrou BFM TV 24 avril 2017
« L'abstention ou le vote blanc, c'est un coup de pouce à Mme (Marine) Le Pen », Alain Juppé sur son blog intitulé "Non!".
« Voter ni Macron, ni Le Pen, c’est voter Le Pen » Jean-Christophe Cambadelis 27 avril 2017

Non Messieurs, voter blanc, c'est voter en conscience, pour des convictions, ici contraires autant à celles de Marine Le Pen qu'à celles d'Emmanuel Macron. Pointer du doigt des électeurs en caricaturant leur vote c'est rendre un mauvais service et accélérer le processus que l'on dit combattre.

 

Edition 2016
(pas de prix décerné)

Edition 2015

Le vainqueur est:

LE GROUPE EELV A L'ASSEMBLEE


Même les écologistes, face à des intérêts à court terme -entrer au gouvernement - s'assoient sur leurs convictions:

AVANT: «Nous, élus écologistes, nous continuerons à œuvrer pour la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, comme je l’ai déjà dit en commission. » Sergio Coronado (EELV), jeudi 28 novembre 2013, Assemblée nationale.

AUJOURD'HUI: « Certes, les bulletins blancs ne sont toujours pas intégrés aux suffrages exprimés, mais ils sont désormais comptabilisés et communiqués séparément des bulletins nuls lors de la proclamation des résultats.» Proposition de loi du groupe écologiste à l’Assemblée, mars 2015

La réforme électorale du 21 février 2014, jugée très insuffisante par les écologistes pendant les débats au parlement, est considérée suffisante aujourd'hui (!!!).

 

VAINQUEUR 2014

«Si le menu de la cantine ne te plaît pas, passe de l’autre côté du zinc et cuisine toi-même! Et si tu ne veux pas accepter de prendre des responsabilités, milite pour le système politique le plus exigeant du monde: l’anarchie.» Charb, Charlie Hebdo, 13 décembre 2013.


Voir les autres candidats de l'édition 2014

Lauréat de l'édition 2013:

Pour la première fois, l'Association remet un prix à un collectif. L'UDI a amplement mérité le titre 2013 suite à sa magistrale initiative parlementaire, préparée de longue date et criante de cohérence. Lire le détail de cette candidature.

Lauréat de l'édition 2012: «En tout état de cause, même s'il y avait 40 millions  de votes blancs, il faudrait bien que quelqu'un soit élu.» Guy Carcassonne, constitutionnaliste vénéré, France-Info, 8 mai 2012. 39 999 999 bulletins blancs, un vote X: c'est X qui est élu !!!

Lauréat de l'édition 2011: «Ceux qui souhaitent comptabiliser les bulletins blancs ont une idée derrière la tête : démolir la république et l'Etat, mais sans dire au profit de qui ou de quoi.... » Michel Charasse, clown politique que l'on ne présente plus, La Montagne.fr, 19 août 2011.

Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Bons conseils

SAUVÉS DE L'OUBLI !

bbludovic_lacreuse.png

Retrouvez les photos de bulletins annulés de Ludovic Lacreuse

Pensez à aller régulièrement visiter les rubriques 'le vote blanc à l'étranger' et 'Partenaires' qui vous emmèneront hors de France ainsi que notre banque de données pour tous les résultats (cartes et chiffres), propositions de loi, questions au gouvernement, amendements...

Le vote blanc en deuil
IL N’A PAS VOULU VOIR CA

caillavet.jpg
 

Le 27 février 2013, Henri Caillavet est mort, âgé de 99 ans. Le 28, les socialistes et les centristes se ridiculisaient au sénat en se glorifiant de prendre la mesure électorale la plus inepte, le vote blanc séparé des bulletins nuls mais toujours censuré et toujours invisible dans les bureaux de vote, le citoyen étant encore, pour ces élus, un être mineur, inapte à l’indépendance.

Le sénateur radical socialiste Caillavet, lui, en 1980, avait déposé la proposition de loi la plus complète sur le vote blanc.
Lire les propositions de loi

Rechercher
Rechercher
Visites

 934070 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 07 81 41 66 14 - Fax 08 97 10 32 55  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association  Banque de données  
Archives  Presse


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

LE LUXEMBOURG,

VOTE OBLIGATOIRE SANS VOTE BLANC RECONNU

 

Nous remercions Philippe Poirier, chercheur en science politique à l'université de Luxembourg de nous avoir permis d'accéder aux travaux effectués dans cette université.

 

Comme en Belgique, le vote est obligatoire au Luxembourg sans pour autant que le vote blanc y ait un statut privilégié. Sont obligés de voter tous les nationaux de moins de 75 ans et n’ayant pas une raison forte les en empêchant tandis que l’article 147 du code électoral stipule : « Les bulletins nuls n’entrent point en compte pour fixer le nombre des voix. Sont nuls :

Tous les bulletins autres que ceux dont l’usage est permis par la présente loi ;

Les bulletins qui expriment plus de suffrages qu’il n’y a de membres à élire ; ceux qui ne contiennent l’expression d’aucun suffrage ; ceux dont les formes et dimensions ont été altérées, qui contiennent à l’intérieur un papier ou un objet quelconque, ou dont l’auteur pourrait être rendu reconnaissable par un signe, une rature ou une marque non autorisée par la loi. »

 

Les résultats des élections précédentes confirment que le vote blanc est exclu lors du calcul pour la détermination des pourcentages acquis par chaque parti puis pour la distribution des sièges.

 

Législatives 2004 : votants : 200 092 (91,92%)

bulletins blancs : 5 644 (2,82%)

bulletins nuls : 5 538 (2,77%)

bulletins valables : 188 910 (94,41%)

 

Européennes 2004 :votants : 209 689 (91,35%)

bulletins blancs : 10 184 (4,86%)

bulletins nuls : 7 320 (3,49%)

bulletins valables : 192 185 (91,65%)

 

Référendum 2005 :votants : 199 609 (90,44%)

bulletins blancs et nuls : 5 894 (2,95%)

bulletins valables : 193 715 (43,48%)

 

Ces informations nous viennent du politologue français Philippe Poirier qui travaille à l’université de Luxembourg sur la vie politique du duché. Le département science politique de cette université compose après chaque élection un rapport pour le compte de la chambre des députés. Chaque fois, l’analyse inclue le vote blanc. Suit maintenant une synthèse de ces études successives (législatives 99/04, européennes 99/04 et référendum 2005.

 

Obliger le citoyen inscrit sur les listes électorales à aller voter sans lui offrir la possibilité de faire entendre un désaccord sur l’offre proposée peut paraître dur. Il faut nuancer ce sentiment en soulignant l’existence du panachage, pratique inconnue en France. Chez nous, panacher veut dire pouvoir barrer le nom de candidats sur une liste. Ici, l’électeur a droit a autant de voix qu’il y a de députés à désigner et il peut faire son marché dans les différentes listes. Dans ce cas, il coche le nom des personnes qui l’agréent. Mais il peut aussi ne vouloir donner ses voix qu’à une seule liste et dans ce cas il coche une case en haut du bulletin. Le choix est donc moins restrictif qu’en France où dominent les votes nominaux ce qui, ajouté au scrutin à la proportionnelle, donne plus d’autonomie à l’électeur. Cela adoucit, même si ça ne justifie pas et ne rend pas démocratique, le vote obligatoire et la censure du vote blanc.

Le panachage explique aussi la distinction entre bulletins blancs et bulletins nuls. Ici, les erreurs peuvent être plus nombreuses. Dans la catégorie ‘nul’ on trouve beaucoup de bulletins dans lesquels l’électeur a coché plus de noms qu’il n’y a de députés à désigner. Il n’est pas valable mais ne peut pas être considéré comme un bulletin blanc.

 

Les rapports de l’université de Luxembourg consacrent toujours une page au vote blanc. En voici les conclusions.

 

Pour les élections de 1999, le rapport commence de façon positive la partie sur le vote blanc. Le CRISP représente la version du ministère de l’intérieur français à laquelle s’opposent les auteurs (les passages en gras sont ceux voulus par les auteurs dans le rapport). « Le vote blanc ne signifie pas forcément le refus de participer au scrutin en lui-même. Certes le CRISP indique qu’une partie des électeurs ne possède pas d’opinions politiques, ne connaissent pas le système électoral, ne comprennent ou ne s’intéressent pas à la vie politique en général. De plus, afin d’échapper aux sanctions pécuniaires éventuelles e, cas d’abstention, les électeurs iront voter sans exprimer leurs opinions, leurs préférences, etc. Notons cependant que la progression relative du vote blanc dans la majorité des démocraties membres de l’Union européenne est aussi interprétée comme l’expression d’une opinion politique. C’est à dire que le vote blanc est utilisé par une catégorie d’électeurs pour manifester leur désapprobation envers le personnel politique, les partis politiques ou le système politique en général. (...) Au cours d’un sondage, on a demandé aux électeurs qui effectuaient un vote blanc (1) (environ 1% de l’ensemble des personnes interrogées) pour quelles raisons ils avaient choisi ce type de vote (avec la possibilité de fournir plusieurs raisons).

Pour 63% des personnes concernées, ils s’agit d’un problème de confiance : ils n’ont pas confiance dans la politique ou dans les hommes politiques. Par ailleurs, 42% indiquent qu’aucun parti ne leur a donné satisfaction ces derniers temps. Parmi les principaux motifs cités, on trouve aussi le vote par protestation (pour 36%). Seuls 31% des sondés votent blanc parce qu’ils ne comprennent rien à la politique. On notera également que 12% reconnaissent voter blanc par tradition ! »

 

Le rapport qui fait suite aux élections de 2004 précise cette analyse. « Le vote blanc est davantage réparti entre hommes et femmes (40-6O%) et actifs et inactifs (50-50%) que ce que nous constations pour l’abstention électorale (2). De même, on observe une répartition plus équitable entre classes d’âge, avec néanmoins une surreprésentation des 25-34 ans et des 50-64 ans par rapport à leur poids dans l’échantillon. Le niveau d’éducation est plus élevé que pour les abstentionnistes effectifs, tout comme le revenu. Ce qui marque plus nettement la différence entre les deux groupes, c’est la quasi absence de proximité avec un parti politique. Plus de 40% des répondants justifient leur vote blanc en arguant de leur manque de confiance envers la politique et les hommes politiques. Viennent ensuite le vote de protestation, le fait qu’aucun parti ne leur donne satisfaction ces derniers temps et le fait qu’ils ne comprennent rien à la politique. »

 

 

La lecture du vote blanc lors du référendum de 2005 sur le traité visant à donner une constitution à l’Union européenne, est plus approximative. Le total ‘blanc/nul’ est plus faible qu’en 2004 parce que le vote réferendaire est plus simple dans son procédé ce qui a fortement limité les erreurs dues à un panachage mal maîtrisé. Le rapport rajoute : « Les raisons de défiance ou de protestation par rapport à l’offre partisane invoquée pour le vote blanc ou nul aux élections de 2004 n’interviennent pas non plus avec le même poids, puisque l’électeur se prononce dans le cadre d’un référendum ‘pour’ ou ‘contre une option’. La protestation vis-à-vis de cette option s’exprime donc aussi davantage par un vote négatif que par un vote blanc ou nul. » Ce faible vote blanc au référendum vient peut-être aussi du fait que les électeurs luxembourgeois n’ont pas l’habitude de scrutins aussi simplificateurs et n’ont donc pas élaboré de stratégie ‘vote blanc’ pour rejeter un choix trop sommaire. En France, c’est justement le référendum qui apparaît comme la consultation électorale qui justifie le plus la prise en compte du vote blanc. (3)

 

(1)    Malgré le nombre relativement limité de personnes concernées, il est possible de dégager les principales critiques élaborées par les sondés à l’encontre de la politique ou plus particulièrement du système électoral.

(2)Abstention : hommes/femmes (environ 78-22%), actifs/inactifs (20-80%).

(3)   Le constitutionnaliste Guy Carcassonne, opposé au vote blanc, a eu déclaré qu’en revanche, pour des référendums, cette option se justifiait.


Date de création : 26.07.2008 @ 14:34
Dernière modification : 08.07.2009 @ 13:38
Catégorie : Pour approfondir - Le vote blanc à l'étranger
Page lue 7340 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Réseaux sociaux


 
Notre collection sonore
A ECOUTER !

Approfondissement du domaine du vote
(De quoi s'agit-il ?)

Episode 7: 4 millions d'électeurs ignorés... mais toujours le statu quo (Henri Cabanel, Frédéric Micheau)
Episode 6: Le vote, une prise de décision (Daniel Gaxie)
Episode 5: Le vote obligatoire, quel progrès ? (Gisèle Jourda, Georges-Louis Bouchez, Charles-Edouard Sénac)
Episode 4 : La légitimité de l'élu face au pouvoir à affirmer de l'électeur (Corinne Lepage, Alexandre Malafaye)
Episode 3: Mieux voter, c'est possible. (Michel Balinski, Irène Inchauspé)
Episode 2: Un autre électeur est-il envisageable pour le XXIè siècle ? (Alain Garrigou, Frédéric Lefebvre)
Episode 1: Vivre et voter sur un territoire (Jean Lassalle, Aurélia Troupel, Sylvain Manternach).

 
Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Contre le vote obligatoire
« Lorsque les peuples, il y a cinquante ans, élevaient des barricades et renversaient les gouvernements pour obtenir le droit de suffrage, ils auraient cru à une plaisanterie si on leur avait dit que, par un retour imprévu des choses, les souverains voudraient à leur tour mettre à l’amende ou jeter en prison tous ceux qui n’useraient pas du droit conquis ». thèse signée de Francis Sauvage, intitulée De la nature du droit de vote et soutenue en 1903
Version 'personnel politique'
Version 'universitaires'
Notre bibliothèque


Le livre défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Il démontre que cette évolution est indispensable dans une démocratie qui se veut moderne.
Pour l'acheter


Comme le volume 1, ce volume défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Notre république se dit laïque mais c’est une laïcité chrétienne. L’acte électoral est sacralisé et l’électeur profane ne peut y accéder qu’en respectant des formes précises. Le vote blanc qui est une tentative de certains électeurs de s’approprier ce moment démocratique est rejeté parce que sacrilège.
Pour l'acheter

Bulletins blancs

de Olivier Durand

206 pages
 

 Ce livre prend la suite de celui publié en 1999. Il défend la comptabilisation des bulletins blancs comme des suffrages exprimés. Il présente l'évolution politique en France et ce qui se passe à l'étranger. Présentation

Pour l'acheter


  A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD'HUI ?
Sous la direction de Olivier Durand     préface d'André Gerin

Questions contemporaines

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

Le vote utile est devenu une panacée pour les professionnels de la politique. Il faut à tout prix dégager un vainqueur. Et tant pis si l'électeur se sent floué. On commente énormément les résultats électoraux mais on étudie rarement le rôle et les motivations de l'électeur entré dans le bureau de vote. C'est tout l'objectif de ce livre : retrouver l'esprit de l'acte électoral

Préface du livre

Couvertures


 LE VOTE BLANC
Pour un suffrage vraiment universel

Olivier Durand
Préface d'Hervé De Charette

Questions contemporaines

Premier livre sur le vote blanc, cet ouvrage se veut avant tout une synthèse engagée. Il défend sans ambiguïté l'idée qu'il faut aujourd'hui donner plus de poids aux individus à l'occasion des consultations électorales en respectant scrupuleusement leur opinion, et donc en intégrant dans la catégorie des suffrages exprimés les bulletins blancs.

ISBN : 2-7384-7628-7 • 1999 • 240 pagesPrix éditeur : 19,85 €    


  La Lucidité

 de José Saramago

Le livre du Prix Nobel Saramago où le vote blanc est le héros.

Saramago, José : La Lucidité  (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

Lire notre commentaire du livre


   The probability broach

de L. Neil Smith

 The Probability Broach.jpg

Science fiction américaine publiée en 1980 dans un monde parallèle où le vote blanc (none of the above) va de soi.

Notre analyse du système démocratique présenté dans le roman:


Long résumé du roman: