Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

« Un homme, une voix. L’équation simple s’impose à nous avec la force de l’évidence.
L’égalité devant l’urne électorale est pour nous la condition première de la démocratie,
la forme la plus élémentaire de l’égalité, la base la plus indiscutable du droit. »'

  Pierre Rosanvallon (Le sacre du citoyen)

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 01 42 11 96 86 - Fax 01 79 73 38 16  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association

L'Association fête ses 20 ans d'existence.


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

Mon premier combat, ma première défaite. En définitive, je suis NUL. Je suis NUL, comme a été considéré mon bulletin aujourd'hui, un NUL parmi 204 autres, un NUL perdu dans une urne aux couleurs UMP.

Bulletin Nul

Nous sommes, dans ma circonscription, 3,42% à en être arrivés là. J'ai voté blanc, c'est écrit nul. Un certain décalage entre ma volonté, mon acte, et sa transformation administrative. Mais comment en suis-je arrivé là ?

J'ai entamé une démarche citoyenne au soir des résultats de la présidentielle, qui s'est concrétisée par la naissance de ce blog. Bien sûr, je n'avais pas attendu cette démarche pour débattre, discuter, mettre en avant mes idées. Mais c'était dans un cercle social restreint, et j'ai eu la volonté d'en sortir, de déplacer le débat vers l'extérieur, et de tenter des actions nouvelles.

Les législatives étaient donc une épreuve du feu parfaite, ma première confrontation à l'implication politique. Je décidai donc très rapidement de contacter ma candidate, Dominique Ciavatti, et de lui adresser un message de soutien, en lui proposant mon aide. Celle-ci, très impliquée, me répondit très rapidement sur un ton passionné, m'incitant à écrire des articles pour son blog et à venir la rejoindre en réunion publique.

J'ai fait les deux : j'ai écrit deux articles pour son blog, j'ai conversé par mail avec la candidate pour lui parler de divers aspects de la ville qui lui étaient étrangers, je l'ai rejointe en réunion publique, une réunion publique par ailleurs fort intéressante à laquelle était invité un sénateur UDF passionnant. La machine était lancée, l'excitation était là : mon implication, qui peut encore paraître dérisoire, était aussi un galop d'essai, qui m'a semblé passionnant.

J'ai donc, convaincu, glissé mon bulletin MoDem dans l'urne le jour du premier tour. Il me semblait connaître la candidate, qui m'a paru en phase avec les fondations idéologiques du MoDem, et c'était un plaisir pour moi de lui apporter ma voix. La candidate a fait un score honorable, dans la moyenne nationale. Ca peut paraître peu, mais cela reste beaucoup pour une candidate inconnue du public, se présentant sous des couleurs oranges encore peu reconnues. Malheureusement, ce score ne lui a pas permis d'atteindre le second tour. Une déception, certes, mais j'y étais préparé. Le second tour ne se présentait d'ailleurs pas sous des auspices attrayantes : UMP contre PC... l'idée du vote blanc a commencé à m'effleurer, aussi repoussante soit-elle.

Je repoussai la décision à plus tard, me replongeant dans mes études. Jusqu'à ce qu'arrive le mail. Un mail de Anne-Sophie Parisot, la suppléante de Dominique Ciavatti, annonçant que cette dernière avait choisi publiquement de soutenir le candidat UMP pour le second tour. Douche froide. Déception. Trahison ? C'est en tout cas le sentiment que j'ai eu, celui d'être trahi par une personne en laquelle j'avais placé ma confiance. Une personne qui a finalement décidé de ne pas suivre le courant de notre Mouvement naissant, de s'en démarquer. Que faire ? J'ai hésité, et finalement décidé de ne rien faire. A quoi bon ? A quoi bon l'accabler dans son choix. C'est aussi ça, je pense, la politique. Ce sentiment de déception humaine.

Ce soir, la boucle est bouclée : c'est le candidat UMP qui a été réélu, comme prévu. Mon vote a été jugé nul. Seule surprise : l'Assemblée Nationale ne sera finalement pas cet océan bleu azur annoncé, mais aura le droit à son récif de corail rouge, et même à quatre frétillants mammifères oranges, un petit chiffre, mais le meilleur que nous étions en droit d'espérer.

Ce soir, la boucle est bouclée. L'ère Sarkozy peut définitivement commencer pour les cinq prochaines années.


Date de création : 24.08.2008 @ 19:05
Dernière modification : 02.06.2011 @ 18:33
Catégorie : - Témoignages
Page lue 2643 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !