Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

« Un homme, une voix. L’équation simple s’impose à nous avec la force de l’évidence. L’égalité devant l’urne électorale est pour nous la condition première de la démocratie, la forme la plus élémentaire de l’égalité, la base la plus indiscutable du droit. »   Pierre Rosanvallon (Le sacre du citoyen)

Menu page d'accueil

Cliquez sur l'intitulé pour accéder à la rubrique:

Actualité
Présidentielle et législatives 2017
Proposition de loi UDI-PS de 2014
Elections de 2012 à 2015
Etranger
Divers

Actualité européenne = cevb.eu

Pour aller vite
Pour approfondir
 ↑  
Prix Crétinerie d'Or

Prix Vote Blanc de la Crétinerie d'Or.
CONCOURS 2017

Le prix honore chaque année des personnalités qui, par la profondeur de leur pensée, la pertinence de leurs remarques, ont réussi à démontrer que le vote blanc n'a pas lieu d'être.
 Voir plus en détails les lauréats et les candidats

Edition 2017

Lauréat collectif. C'est le slogan "Voter blanc, c'est voter Le Pen" de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

abstentionlepen.jpg

« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter pour Marine Le Pen » Manuel Valls BFM.TV 27 avril 2017
« C'est très grave de voter blanc. » Jean-Pierre Raffarin BFM TV
« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter le Pen. » François Bayrou BFM TV 24 avril 2017
« L'abstention ou le vote blanc, c'est un coup de pouce à Mme (Marine) Le Pen », Alain Juppé sur son blog intitulé "Non!".
« Voter ni Macron, ni Le Pen, c’est voter Le Pen » Jean-Christophe Cambadelis 27 avril 2017

Non Messieurs, voter blanc, c'est voter en conscience, pour des convictions, ici contraires autant à celles de Marine Le Pen qu'à celles d'Emmanuel Macron. Pointer du doigt des électeurs en caricaturant leur vote c'est rendre un mauvais service et accélérer le processus que l'on dit combattre.

 

Edition 2016
(pas de prix décerné)

Edition 2015

Le vainqueur est:

LE GROUPE EELV A L'ASSEMBLEE


Même les écologistes, face à des intérêts à court terme -entrer au gouvernement - s'assoient sur leurs convictions:

AVANT: «Nous, élus écologistes, nous continuerons à œuvrer pour la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, comme je l’ai déjà dit en commission. » Sergio Coronado (EELV), jeudi 28 novembre 2013, Assemblée nationale.

AUJOURD'HUI: « Certes, les bulletins blancs ne sont toujours pas intégrés aux suffrages exprimés, mais ils sont désormais comptabilisés et communiqués séparément des bulletins nuls lors de la proclamation des résultats.» Proposition de loi du groupe écologiste à l’Assemblée, mars 2015

La réforme électorale du 21 février 2014, jugée très insuffisante par les écologistes pendant les débats au parlement, est considérée suffisante aujourd'hui (!!!).

 

VAINQUEUR 2014

«Si le menu de la cantine ne te plaît pas, passe de l’autre côté du zinc et cuisine toi-même! Et si tu ne veux pas accepter de prendre des responsabilités, milite pour le système politique le plus exigeant du monde: l’anarchie.» Charb, Charlie Hebdo, 13 décembre 2013.


Voir les autres candidats de l'édition 2014

Lauréat de l'édition 2013:

Pour la première fois, l'Association remet un prix à un collectif. L'UDI a amplement mérité le titre 2013 suite à sa magistrale initiative parlementaire, préparée de longue date et criante de cohérence. Lire le détail de cette candidature.

Lauréat de l'édition 2012: «En tout état de cause, même s'il y avait 40 millions  de votes blancs, il faudrait bien que quelqu'un soit élu.» Guy Carcassonne, constitutionnaliste vénéré, France-Info, 8 mai 2012. 39 999 999 bulletins blancs, un vote X: c'est X qui est élu !!!

Lauréat de l'édition 2011: «Ceux qui souhaitent comptabiliser les bulletins blancs ont une idée derrière la tête : démolir la république et l'Etat, mais sans dire au profit de qui ou de quoi.... » Michel Charasse, clown politique que l'on ne présente plus, La Montagne.fr, 19 août 2011.

Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Bons conseils

SAUVÉS DE L'OUBLI !

bbludovic_lacreuse.png

Retrouvez les photos de bulletins annulés de Ludovic Lacreuse

Pensez à aller régulièrement visiter les rubriques 'le vote blanc à l'étranger' et 'Partenaires' qui vous emmèneront hors de France ainsi que notre banque de données pour tous les résultats (cartes et chiffres), propositions de loi, questions au gouvernement, amendements...

Le vote blanc en deuil
IL N’A PAS VOULU VOIR CA

caillavet.jpg
 

Le 27 février 2013, Henri Caillavet est mort, âgé de 99 ans. Le 28, les socialistes et les centristes se ridiculisaient au sénat en se glorifiant de prendre la mesure électorale la plus inepte, le vote blanc séparé des bulletins nuls mais toujours censuré et toujours invisible dans les bureaux de vote, le citoyen étant encore, pour ces élus, un être mineur, inapte à l’indépendance.

Le sénateur radical socialiste Caillavet, lui, en 1980, avait déposé la proposition de loi la plus complète sur le vote blanc.
Lire les propositions de loi

Rechercher
Rechercher
Visites

 952746 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 07 81 41 66 14 - Fax 08 97 10 32 55  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association  Banque de données  
Archives  Presse


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

 

Cette page contient plusieurs informations sur le vote blanc aux Etats-Unis jusqu'en 2008.

 

LA BIBLE, LES MUSULMANS MODERES,

LES HOMOSEXUELS...

Prévert aux Etats-Unis
(2008)

 

 

Steve Bell cartoon

Le bipartisme est un système qui génère la frustration. Et même si l’emballage est plutôt réussi pour la présidentielle américaine de 2008 avec une femme contre un noir d’abord, puis une colistière sortie des glaces, les électeurs qui s’intéressent au fond ont toujours de quoi regretter l’absence de diversité des idées. Sur les blogs, on constate qu’il existe toujours des gens – on retrouve ça dans toutes les démocraties – pour découvrir la veille d’une élection que le vote blanc est censuré et qu’il aurait pu répondre à un besoin philosophique ou moral. Quand ils veulent expliquer aux autres leur grande découverte, ils emploient une image très américaine, disant que rajouter sur le bulletin une ligne ‘none of the above’ c’est comme voter pour un personnage de Walt Disney ; pour l’un ce sera Donald Duck, pour un autre Mickey. D’autres héros sont cités mais ils ne sont pas connus en Europe.

Celui qui se réfère à Donald n’a pas trop le moral. Pour lui, l’Amérique du XXIè siècle est un empire qui s’autodétruit comme auparavant l’avaient fait la Perse, le monde grec, Rome, la France et, pour clore la liste, la Grande-Bretagne.

On peut trouver d’autres blogueurs moins accablés et plus véhéments. Un bon père de famille notamment, qui nous montre des photos de lui avec son jeune fils. Son texte n’est pas à faire lire à sa progéniture. « Pour quelqu’un qui estime les droits de l’homme dans leur intégralité, il faut faire un choix dans ce menu particulier de votes de putes, de maréchaux de la guerre des classes, de séniles autoritaires de toute évidence dingues, et se demander : ‘Lequel d’eux te paraît le plus appétissant ?’ ». Il placarde sur son site l’affiche à tête de Janus (Obama-Mc Cain) assénant un violent ‘Je veux juste qu’on me laisse seul pour le baiser’.

 

Est-ce dû à ce langage peu châtié, nous apprenons que la Bible déconseille le vote blanc. En fait, c’est pour une autre raison que la communauté ‘Save America now’ – très croyante et très patriotique – nous explique qu’il faut choisir un candidat. Ils remontent loin dans le livre saint pour retrouver un passage où le roi David est mis à l’épreuve par Dieu. En effet, il va vouloir mesurer sa puissance et ordonne pour cela un recensement, folie pour ceux qui croient que la puissance d'Israël ne se mesure pas à ses hommes en état de combattre mais à l'appui de Dieu.La réponse de Dieu ne se fait pas attendre, transmise par l’intermédiaire de Gad, le voyant, prophète attaché à David : « Préfères-tu qu'il y ait la famine dans ton royaume pendant trois ans ? Ou préfères-tu être poursuivi par tes ennemis et fuir devant eux pendant trois mois ? Ou préfères-tu qu'il y ait la peste dans ton royaume pendant trois jours ? Réfléchis donc, et choisis ce que je dois répondre à celui qui m'envoie. » David dit au prophète : « Je suis dans une grande angoisse... Eh bien ! je préfère tomber entre les mains du Seigneur, car sa tendresse est inépuisable, mais surtout, que je ne tombe pas entre les mains des hommes ! » David choisit donc la peste, et le Seigneur envoya la peste en Israël dès le lendemain jusqu'à la fin des trois jours. Depuis Dane jusqu'à Bershéba, il mourut soixante-dix mille hommes.

L'ange exterminateur étendit la main vers Jérusalem, mais le Seigneur renonça au châtiment, et il dit à l'ange: « Assez ! Maintenant, retire ta main. » Car David, en voyant l'ange frapper le peuple, avait dit au Seigneur : « C'est moi qui ai péché, c'est moi le coupable ; mais ceux-ci, le troupeau, qu'ont-ils fait ? Tourne donc ta main contre moi et ma famille ! »

Kristy Withfield, qui commente ce passage de la Bible en tire comme conclusion, que face à des alternatives difficiles il faut toujours savoir choisir le moindre mal. Il faut donc aller voter et ne pas tomber sous la tentation du ‘None of the above’. Son côté Saint-Thomas, sûrement, lui fait développer une raison plus palpable. Il vit en Floride et dit qu’il connaît la violence des tornades, des méfaits des inondations. Pourtant, si sa maison brûle, il n’hésitera pas à l’éteindre par l’eau, même si celle-ci causera des dégats.

Aux Etats-Unis, c’est l’islam qui vient au secours du vote blanc. Dean Ahmad est le fondateur de ‘Minaret of freedom’. Sa mission, démontrer que les musulmans américains aiment leur pays et qu’ils se dissocient de ceux qui ont mené les attentats du 11 septembre. C’est Melinda Pillsbury-Foster qui nous apprend que depuis 1996 Dean Ahmad a beaucoup œuvré pour l’option ‘none of the above’ sur les bulletins, notamment dans son Etat du Mishigan, au point de recevoir le surnom de ‘Mr none of the above’. Mais quand on met dans le moteur de recherche son nom avec celui de NOTA, on ne tombe pas sur des développements particuliers.

En fait, quel est le point commun entre Dean Ahmad et Melinda Pillsbury-Foster ? Tous deux sont membres du Parti libertarien, très peu connu en France. C’est le troisième parti des Etats-Unis, dans un pays voué au bipartisme. C’est la plus importante des formations politiques qui essaient de troubler le ronron Républicains-Démocrates. Ils sont capitalo-anarchistes, voulant un Etat très peu présent, plaçant la liberté comme principe absolu de vie et prônant la non-agression. Ils ont un candidat à l'élection présidentielle: Bob Barr. C’est en opposition au bipartisme qu’ils ont endossé la cause du vote blanc. Melinda Pillsbury-Foster nous rappelle que dans la charte du parti il est indiqué que dans toutes les élections internes il y a le candidat ‘none of the above’. « Les Libertariens reconnaissent que parfois, tous les choix sont si mauvais qu’on a besoin d’un moyen de faire enregistrer ce désaccord sans avoir à voter pour le moins pire . » Elle-même en a profité en Californie quand un candidat à un mandat interne, William Wagner, fut vivement renvoyé chez lui (on peut penser qu’elle ne l’aimait pas) par les ‘none of the above’. Et ils militent pour que tout électeur américain puisse cocher aux élections nationales ou locales la mention ‘Pour aucun des candidats’.

Ainsi, on retrouve plusieurs prises de position de gens appartenant ou étant compagnons de route du Parti libertarien. Peter Ponzetti, professeur en sciences sociales, habitant lui aussi le Mishigan, écrit : « Après tout, pourquoi les électeurs se satisferaient-ils de deux candidats qui souvent sont idéologiquement proches ? Quand la diversité offerte par un bulletin n’est pas permise ou réalisable, ‘none of the above’ fournit un pratique et rafraîchissant : ‘Dehors !’.»

L’avantage de ce parti est de faire cohabiter dans la défense du vote blanc des musulmans modérés et des militants de la cause homosexuelle. Paul Varnell est chroniqueur au Chicago Free Press et dans d’autres journaux gays. Sa prise de position pour le vote blanc a été reprise sur le site Independant Gay Forum. Il explique que tous les candidats actuellement en course pour la Maison blanche ou qui y ont concouru ont quelques points de leur programme intéressants au sujet des gays et autres sujets mais beaucoup plus de mauvais. Il juge plus pertinent de voter pour le Parti Libertarien. Cela ne l’empêche pas de comprendre l’intérêt du vote blanc : « Les gens disent parfois, ‘mais vous jetez ainsi votre vote en choisissant le Parti Libertarien. Ne voulez-vous pas que votre vote compte ?’ Je défie qui que ce soit de me démontrer que son précieux petit vote ait fait la moindre différence lors de la moindre élection à laquelle il a participé. Si ça n’a pas été le cas, alors son vote n’a pas plus compté que le mien. (…) Je n’aime pas les candidats des grands partis, alors je vote pour le Parti libertarien. Est-ce un vote contestataire ? Dans un sens, oui. Mais, bien sûr, je vote aussi pour défendre ce à quoi je crois. Si je votais ‘none of the above’ on ne saurait pas vraiment pour quelles idées je vote. Mais NOTA devrait être sur les bulletins pour les gens dans mon cas mais qui ne sont pas Libertariens. »

De plus, ce n’est pas un parti doctrinaire. Sur le site appelé Nolan Chart du nom de David Nolan, fondateur du Parti libertarien en 1971, on trouve le 4 mai un blogueur (the Jeffersonian Diplomat) qui annonce qu’il votera blanc et incite ses lecteurs à en faire de même : «Imaginez ce qui arriverait si plusieurs millions d’électeurs écrivaient sur leur bulletin ‘NOTA’ ? Un troisième parti regroupant quelques millions de votes, ça voudrait la peine d’être annoncé, mais plusieurs millions de ‘NOTA’ certainement oui. Ce serait un vote marquant le grand manque de confiance à l’égard des deux partis. Cela fournirait l’occasion à tous ceux qui sont privés de leur vote de faire entendre leur voix. » Mais le 13 septembre, alors que le candidat liberarien s’est retiré, on lit sur le même site l’avis d’un internaute, Doug Eberhart, qui annonce qu’il votera pour un quatrième parti, représenté par la candidate Sandra Hamilton (?).

‘None of the above’ est un terme plus générique que vote blanc en France. Un groupe de Bluegrass porte ce nom, pour dire qu’il ajoute son grain de sel dans chaque style musical interprété et c’est donc toujours autre chose même si on reste dans la musique de l’Amérique profonde ; d’autres artistes peuvent intituler leur album ‘NOTA’ parce qu’ils n’aiment pas qu’on les case dans une référence musicale précise.

En politique, un Républicain américain (Gray Davis) de Californie se voit surnommé ‘Mr None of the above’ car il a réussi à se faire élire et réélire gouverneur de l’Etat alors qu’il n’a aucune qualité particulière, sauf celle d’apparaître comme celui qui permettra d’éviter les autres s’il est élu. Mais loin de lui l’idée de défendre la prise en compte d’une ligne ‘NOTA’ sur les bulletins. Quand Penn Jillette, comédien, magicien, jongleur partisan du Part libertarien, est invité dans un show de CNN du mois d’août pour dénigrer le bipartisme, l’intitulé qui apparaît en bas de l’écran est ‘None of the above ?’. De même pour un homme de presse libano-syrien Joseph Farah qui publie un livre pour dire le mal qu’il pense des deux candidats, celui-ci a pour titre : ‘NONE of the above (avec le signe de la case du bulletin cochée dans le O de NONE), why 2008 is the year to cast the ultimate protest vote’.

Beaucoup de gens sont prêts pour apparaître sur la photo des candidats du mois de novembre les prochaines années, mais chacun de son côté néglige de se mobiliser vraiment pour que le vote blanc l’emporte alors que c’est le seul vrai levier qui pourrait faire changer les choses.

http://www.independentpoliticalreport.com/2008/08/farah-urges-votes-for-none-of-the-above/

http://shop.wnd.com/store/item.asp?DEPARTMENT_ID=6&SUBDEPARTMENT_ID=20&ITEM_ID=2392

http://groups.google.com/group/alt.politics.usa/msg/249652d4ca59853e

http://munchkinwrangler.wordpress.com/2008/08/05/none-of-the-above-are-acceptable/

http://www.politicsgunsandbeer.com/2008/08/31/none-of-the-above/

http://saveamericanow.us/index.php?option=com_content&task=view&id=60&Itemid=65

http://current.com/items/89117375_you_could_vote_for_none_of_the_above_and_have_it_count

http://www.brianrwright.com/Coffee_Coaster/06_Guest/2008/080613_None_of_the_Above.htm

http://www.indegayforum.org/news/show/31469.html

http://www.nolanchart.com/article3666.html

http://www.tom-hanna.org/?p=1421

http://www.libertymaven.com/2008/08/21/ron-paul-bob-barr-and-none-of-the-above-penn-jillette-on-glenn-beck/1552/



 

UN LIVRE QUI APPELLE A VOTER POUR AUCUN DES CANDIDATS


 

Joseph Farah est la preuve que l’on peut lire la Bible et défendre le vote blanc. Homme de médias américain d’origine syrienne, chrétien, il a publié sur Internet un livre au mois d’août. Au départ il était républicain, favorable à un libéralisme pur, où l’Etat intervient très peu, et à ce titre les huit années de la présidence Clinton ont été pour lui un calvaire. Pourtant, c’est à partir de l’année 2000, celle de la première élection du fils Bush, qu’il refuse de choisir entre un des deux candidats. Il a rencontré Georges junior en 1999 et il a tout de suite compris qu’il était incompétent. Comme l’élection de Kerry eut été une catastrophe en 2004, une nouvelle fois il rejette l’offre. 2008 ne change rien ; les dés sont pipés, le système est fait de telle manière que les deux grands partis sont surs d’avoir un candidat et ils ne s’efforcent pas de proposer des hommes de qualité. Obama et Mc Cain ne trouvent pas grâce à ses yeux. Il pourrait se tourner vers un parti tiers. Il a de la sympathie pour Bob Barr du Parti libertarien. Mais son attachement à la constitution n’est pas certaine, ce qui pour Joseph Farah est rédhibitoire. Il consacre plusieurs passages à expliquer que le plus important n’est pas le drapeau mais la constitution, qui établit les principes libéraux. Pour Obama et Mc Cain il écrit : «Ils ne sont pas disposés à défendre la Constitution, ils n’ont pas la capacité à servir en tant que président et ils sont indignes de notre soutien. »

 

Le 4 novembre, ce qu’il ne faudra surtout pas faire, c’est voter pour un des deux grands. L’idéal est d’écrire sur le bulletin ‘none of the above’ ; à la rigueur voter pour un troisième candidat. « Il est temps de passe à la résistance. Il est temps de passer à la rébellion. Il est temps de passer au radicalisme. Il est temps de commencer à dire ‘non’ aux mauvais choix que le système nous fait prendre. Il est temps de passer d’un esprit de respect au gouvernement à un esprit d’obéissance à Dieu et à la Constitution qui limite l’autorité du gouvernement. » (…) « Des gens me disent vous ‘gaspillez votre vote’ si vous ne participez pas à l’élection par principe. Je leur réponds que voter pour quelqu’un qui est incapable de gouverner, c’est là le vrai gaspillage du vote. »

 


Joseph Farah
 

Mais à aucun moment dans le livre il ne parle de se battre pour que ce vote blanc soit reconnu. Peut-être que plus ou moins inconsciemment il ne s’imagine comme le recours dont à besoin la Constitution. Il ne faut pas que ‘none of the above’ lui vole la vedette.


 

PANORAMA DES ACTIONS MENEES AVANT 2008


 

Ils sont fous ces Américains. S’il vous est arrivé de penser cela, l’étude du vote blanc aux Etats-Unis risque de vous conforter dans votre opinion. C’est un journaliste de CNN, Ian Christopher Mc Caleb, qui nous conte l’histoire de ce père et de sa fille vivant en Californie. Le père est un personnage singulier. Au milieu des années 1990, Al Shugart – c’est son nom – est désabusé par le fonctionnement de la démocratie. Il constate que trop peu de lois votées par le Congrès sont de qualité et que de plus en plus les citoyens ne jugent plus utile de se déplacer pour voter. Pour manifester sa colère, il va entreprendre une action loufoque. Il amène son chien Ernest, un molosse, à une élection pour le Congrès, à Monterey, ville de Californie. Il le présente comme candidat. Il semble qu’il ait obtenu des voix mais les autorités ont annulé sa candidature. Content de sa facétie, Al Shugart l’a racontée dans un livre : “Ernest va à Washington”.

                                            "Ernest va à Washington" !!!

Mais il ne veut pas en rester là. Il décide d’agir pour que les citoyens puissent exprimer leur mécontentement et pour cela obtenir que l’Etat de Californie permette aux électeurs de dire qu’aucun des candidats ne leur convient en rajoutant sur les bulletins comportant les noms des différents candidats une ligne ‘none of the above’ – ce qui veut dire ‘aucun de ceux ci-dessus’. Il crée donc avec sa fille une organisation, qu’il appelle Friends of Ernest Political Action Committee, à Soquel, Californie. Le mot d’ordre est : “Si vous n’aimez pas les choix qui vous sont proposés, vous pouvez voter pour ‘none of the above’, et ces votes compteront.” L’organisation ne compte que les deux membres fondateurs, mais ils ont de l’argent. Teri Erickson, la fille, executive director du mouvement et son père ont créé une entreprise de composants informatiques. Le père va retirer de sa fortune personnelle la somme d’un million de dollars pour mener le combat. Aux Etats-Unis, même pour le vote blanc c’est la logique capitaliste qui prévaut. Mais l’investissement vaut-il le profit escompté ? Ils demandent juste que les lignes ‘none of the above’ qui seront cochées soient enregistrées et annoncées, mais en aucun cas que cela influe sur le résultat final. Si les ‘none of the above’ devaient arriver en tête d’un scrutin, c’est le candidat arrivant immédiatement après qui l’emporterait, comme si de rien n’était. “It’s nonbinding,” Erickson said Friday. “The advantage is, it does’nt cost anything( !!!)

Régulièrement, les citoyens sont appelés aux urnes pour se prononcer par référendum sur des propositions de mesures législatives. Apparemment, chacun semble pouvoir inscrire sa propre proposition. Mais pour cela il faut faire circuler une pétition et recueillir 420 000 signatures. Le million a servi à obtenir le nombre voulu. Et en l’an 2 000, dans l’Etat de Californie, les électeurs devront donner leur avis sur plusieurs suggestions, la 23è étant celle du père et de la fille, au sujet des ‘none of the above’. Selon la fille, ce sont surtout des “électeurs jeunes et indépendants”qui ont accordé leur signature à la pétition ?

D’après le journaliste de CNN, la proposition N°23 a reçu un accueil dans l’ensemble plutôt favorable, même si la presse californienne y a consacré beaucoup moins de place qu’à d’autres propositions. Le principal adversaire, pour Teri et Al, aura été le parti écologiste local. Il considère que le choix ‘none of the above’ n’a pas de sens et qu’à la place il vaut mieux défendre deux idées plus performantes : une sorte de vote graduel, où l’électeur inscrit dans l’ordre de ses préférences différents candidats qui lui conviennent, et le scrutin à la proportionnelle. Teri Erickson clôt le débat en affirmant qu’ils ont lancé cette polémique pour se faire de la publicité gratuitement. A quelques jours du scrutin, ils ne se font pas trop d’illusion sur l’issue. Ils se réjouissent déjà d’avoir sensibilisé l’opinion à ce sujet et espèrent que le mouvement va s’étendre. Mais aucune nouvelle du duo depuis. Résultats du référendum local

California Proposition 23, also known as the "None of the Above Act," was on the March 7, 2000 ballot in California as an initiated state statute, where it was defeated.

If Proposition 23 had passed, it would have required that all election ballots for federal and state offices would provide voters with the option of voting for "none of the above," not including elections for judges and local offices.[1]

Election results

Proposition 23
Result Votes Percentage
Defeated No 4,175,784 64.0%
Yes 2,355,850 36.0%


 

L'équivalent de l'Association pour la reconnaissance du

vote blanc aux Etats-Unis.

En revanche, une association plus traditionnelle semble actuellement très active : ‘Voters for None of the above’. Ils se présentent ainsi : “Nous sommes une organisation non partisane vouée à mettre en pratique des lois (Voter Consent laws), donnant aux électeurs l’option électorale de rejeter tous les candidats pour un mandat et d’appeler à une nouvelle élection avec de nouveaux candidats pour remplir ce mandat. Nous ne prenons position sur aucun autre sujet ; nous ne sou-tenons ni ne combattons aucun candidat ou parti. ” Ils sont en effet plus ‘jusqu’au-boutistes’ que le duo californien. Si le nombre de ‘none of the above’ l’emporte, il faut une nouvelle élection avec de nouveaux candidats. Et cela ne les gênerait pas que la ligne ajoutée sur les bulletins annoncent clairement l’enjeu : ‘NOTA – aux Etats-Unis on aime toujours les raccourcis – for a new election’.

Dans la longue liste des arguments justifiant leur ré-solution, on retrouve beaucoup des nôtres. L’électeur doit être l’acteur principal : “Les électeurs décideraient du destin des choix faits par les partis politiques alors que pour l’instant ce sont les partis qui décident du choix des électeurs. ” Ceci serait un gage de qualité puisque beaucoup d’électeurs ne seraient plus obligés de voter pour le moins mauvais des candidats ou de choisir un parti minoritaire dont ils ne partagent pas forcément les opinions pour marquer leur mécontentement. L’abstention se réduirait. Les partis politiques, eux, devraient changer de stratégie et mener des campagnes pour des idées et non seulement contre l’adversaire. Ils tâcheraient de proposer des candidats moins discrédités, sachant qu’ils auraient à obtenir plus de voix que les ‘none of the above’. L’élu saurait qu’il a le soutien d’électeurs convaincus. Enfin, les sondages incluant cette option, cela permettrait de mieux éclairer les citoyens et de guider partis et électeurs dans leurs décisions. Le seul élément étranger au cas français est le financement des candidats. Il semblerait que des ‘parrains’ donnent de l’argent à tous les candidats en se drapant pour cela dans la bonne conscience de celui qui favorise le pluralisme mais avec l’arrière pensée d’être sûrs que le vainqueur leur sera redevable, cette pratique, qui selon les gens de NOTA aboutit à acheter les élections, serait moins facile avec les ‘none of the above’ comptabilisés.

 

Leur moyen d’action est le même que celui du duo californien : obtenir un réfé-rendum sur la question. Ils sont peut-être moins fortunés que leurs équiva-lents de la côte ouest – eux dont le siège national se trouve dans le Massachu-setts - et ils doivent recruter de nombreux adhérents. La cotisation va de 50$­­­­­­­­ jusqu’à plus de 5 000 pour les généreux donateurs. Ils ont soutenu l’initiative califor-nienne ainsi qu’une autre dans l’Etat de Washington en 1998 et ont eux-mêmes déposés un texte de loi dans leur Etat d’origine en 1999. Ils prévoyaient de multiplier ces initiatives dans plusieurs Etats pour 2004. Le site ne donne pas l’avancement de cette entreprise. On constate donc que ce n’est pas facile, aux Etats-Unis comme en France. Des propositions ont été répétées, d’origine parlementaire apparemment – Wyoming 1991, Colorado 1993, Michigan 1995, Ohio et Pensylvanie 1996, Arizona 1997 – sans succès. Mais les gens de ‘Voters for none of the above’ gardent toutes leurs ambitions. Selon leurs plans, quand les ‘none of the above’ se seront implan-tés dans plusieurs Etats et que beaucoup d’Américains se seront familiarisés à cette réforme, ils agiront pour modifier la constitution na-tionale et imposer la ligne ‘NOTA, for a new election’ dans la course à la maison blanche.
 

                          CAMP: L'action marketing

 Jr. Raglan

Ils ne sont pas seuls dans ce combat. Il existe aussi le CAMP (Committee Against the Mediocrity in Politics). Eux aussi sont indépendants de tout mou-vement politique et réclament le choix du ‘none of the above’ et de nouvelles élections si celui-ci devance les candidats en lice. Mais le ton est plus hargneux ; CAMP signifie : Committee Against Mediocrity in Poli-tics. Mais c’est surtout la tactique qui les différencie. Pas de référendum local. Ils visent tout de suite le niveau national et appellent à un amendement XXVIII dans la constitution des Etats-Unis visant à ajouter la ligne ‘none of the above’ sur tous les bulletins des élections fédérales, “permettant aux électeurs de choisir et non de voter pour de médiocres candidats.” Pour cela, il faut marteler l’idée. Comment ? En portant un T-shirt slogan, en offrant le thé à ses amis dans des tasses explicites, en affichant partout où l’on peut des posters... Le CAMP ne donne pas d’a-dresse postale mais sur in-ternet on peut rejoindre leur boutique et s’équiper.

Malgré tous ces efforts, le bilan est maigre ; seul l’Etat du Névada propose à ses électeurs la ligne ‘none of the above’, ce depuis 1976. Ce n’est donc pas une conquête des actuels mou-vements pro-NOTA. De plus, le Nevada a choisi l’option défendue par le duo californien. Les ‘none of the above’ sont enregistrés, dé-nombrés et affichés mais en aucun cas ils semblent pouvoir entraîner une nou-velle élection (voir l’encadré).

Nos équivalents américains devront faire preuve de patience, comme nous. Et finalement cela nous réconforte et nous pousse à continuer. 

 

                                         L’ETAT DU NEVADA

 

Voici en raccourci le statut du ‘none of the above’ dans l’Etat du Nevada.

Chapter 293. Elections ballots.

293.269 Les bulletins pour les mandats nationaux ou pour le président ou le vice-président doivent permettre à l’électeur de faire inscrire l’opposition à tous les candidats.

* Chaque bulletin, pour quelque mandat que ce soit, doit contenir une ligne supplémentaire intitulée ‘none of the above’ qui permet à l’électeur de ne pas choisir.

* Seuls les votes désignant un candidat seront comptabilisés. Mais le nombre de votes pour la dernière ligne seront enregistrés et proclamés lors de l’annonce des résultats.

 


Date de création : 22.05.2011 @ 22:51
Dernière modification : 24.10.2013 @ 22:11
Catégorie : Pour approfondir - Le vote blanc à l'étranger
Page lue 6779 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par marie le 05.07.2011 @ 18:32

Bonjour, merci pour votre article très intéressant. Il est normal que le vote blanc soit plus répandu aux Etats-Unis qu'en France, et pourtant chez nous aussi il semble progresser : c'est inquiétant, car les Français ont le choix entre de nombreux candidats, eux ! Il faut croire qu'aucun d'entre eux ne satisfait ceux qui votent blanc...Marie.




Réseaux sociaux


 

youtube.jpeg
 
Notre collection sonore
A ECOUTER !

Approfondissement du domaine du vote
(De quoi s'agit-il ?)

Episode 7: 4 millions d'électeurs ignorés... mais toujours le statu quo (Henri Cabanel, Frédéric Micheau)
Episode 6: Le vote, une prise de décision (Daniel Gaxie)
Episode 5: Le vote obligatoire, quel progrès ? (Gisèle Jourda, Georges-Louis Bouchez, Charles-Edouard Sénac)
Episode 4 : La légitimité de l'élu face au pouvoir à affirmer de l'électeur (Corinne Lepage, Alexandre Malafaye)
Episode 3: Mieux voter, c'est possible. (Michel Balinski, Irène Inchauspé)
Episode 2: Un autre électeur est-il envisageable pour le XXIè siècle ? (Alain Garrigou, Frédéric Lefebvre)
Episode 1: Vivre et voter sur un territoire (Jean Lassalle, Aurélia Troupel, Sylvain Manternach).

 
Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Contre le vote obligatoire
« Lorsque les peuples, il y a cinquante ans, élevaient des barricades et renversaient les gouvernements pour obtenir le droit de suffrage, ils auraient cru à une plaisanterie si on leur avait dit que, par un retour imprévu des choses, les souverains voudraient à leur tour mettre à l’amende ou jeter en prison tous ceux qui n’useraient pas du droit conquis ». thèse signée de Francis Sauvage, intitulée De la nature du droit de vote et soutenue en 1903
Version 'personnel politique'
Version 'universitaires'
Notre bibliothèque


Le livre défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Il démontre que cette évolution est indispensable dans une démocratie qui se veut moderne.
Pour l'acheter


Comme le volume 1, ce volume défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Notre république se dit laïque mais c’est une laïcité chrétienne. L’acte électoral est sacralisé et l’électeur profane ne peut y accéder qu’en respectant des formes précises. Le vote blanc qui est une tentative de certains électeurs de s’approprier ce moment démocratique est rejeté parce que sacrilège.
Pour l'acheter

Bulletins blancs

de Olivier Durand

206 pages
 

 Ce livre prend la suite de celui publié en 1999. Il défend la comptabilisation des bulletins blancs comme des suffrages exprimés. Il présente l'évolution politique en France et ce qui se passe à l'étranger. Présentation

Pour l'acheter


  A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD'HUI ?
Sous la direction de Olivier Durand     préface d'André Gerin

Questions contemporaines

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

Le vote utile est devenu une panacée pour les professionnels de la politique. Il faut à tout prix dégager un vainqueur. Et tant pis si l'électeur se sent floué. On commente énormément les résultats électoraux mais on étudie rarement le rôle et les motivations de l'électeur entré dans le bureau de vote. C'est tout l'objectif de ce livre : retrouver l'esprit de l'acte électoral

Préface du livre

Couvertures


 LE VOTE BLANC
Pour un suffrage vraiment universel

Olivier Durand
Préface d'Hervé De Charette

Questions contemporaines

Premier livre sur le vote blanc, cet ouvrage se veut avant tout une synthèse engagée. Il défend sans ambiguïté l'idée qu'il faut aujourd'hui donner plus de poids aux individus à l'occasion des consultations électorales en respectant scrupuleusement leur opinion, et donc en intégrant dans la catégorie des suffrages exprimés les bulletins blancs.

ISBN : 2-7384-7628-7 • 1999 • 240 pagesPrix éditeur : 19,85 €    


  La Lucidité

 de José Saramago

Le livre du Prix Nobel Saramago où le vote blanc est le héros.

Saramago, José : La Lucidité  (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

Lire notre commentaire du livre


   The probability broach

de L. Neil Smith

 The Probability Broach.jpg

Science fiction américaine publiée en 1980 dans un monde parallèle où le vote blanc (none of the above) va de soi.

Notre analyse du système démocratique présenté dans le roman:


Long résumé du roman: