Texte à méditer :  

VB Association pour la reconnaissance du vote blanc

« Celui qui est convoqué n'a plus à se demander : ‘’Que voulait-on de moi, en m'appelant?' mais bien : ‘’Que veux-je, maintenant que je suis présent à l'appel ?’»   Max Stirner L'Unique et sa Propriété

Menu page d'accueil

Cliquez sur l'intitulé pour accéder à la rubrique:

Actualité
Présidentielle et législatives 2017
Proposition de loi UDI-PS de 2014
Elections de 2012 à 2015
Etranger
Divers

Actualité européenne = cevb.eu

Pour aller vite
Pour approfondir
 ↑  
Prix Crétinerie d'Or

Prix Vote Blanc de la Crétinerie d'Or.
CONCOURS 2017

Le prix honore chaque année des personnalités qui, par la profondeur de leur pensée, la pertinence de leurs remarques, ont réussi à démontrer que le vote blanc n'a pas lieu d'être.
 Voir plus en détails les lauréats et les candidats

Edition 2017

Lauréat collectif. C'est le slogan "Voter blanc, c'est voter Le Pen" de l'entre-deux-tours de la présidentielle.

abstentionlepen.jpg

« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter pour Marine Le Pen » Manuel Valls BFM.TV 27 avril 2017
« C'est très grave de voter blanc. » Jean-Pierre Raffarin BFM TV
« S’abstenir ou voter blanc, c’est voter le Pen. » François Bayrou BFM TV 24 avril 2017
« L'abstention ou le vote blanc, c'est un coup de pouce à Mme (Marine) Le Pen », Alain Juppé sur son blog intitulé "Non!".
« Voter ni Macron, ni Le Pen, c’est voter Le Pen » Jean-Christophe Cambadelis 27 avril 2017

Non Messieurs, voter blanc, c'est voter en conscience, pour des convictions, ici contraires autant à celles de Marine Le Pen qu'à celles d'Emmanuel Macron. Pointer du doigt des électeurs en caricaturant leur vote c'est rendre un mauvais service et accélérer le processus que l'on dit combattre.

 

Edition 2016
(pas de prix décerné)

Edition 2015

Le vainqueur est:

LE GROUPE EELV A L'ASSEMBLEE


Même les écologistes, face à des intérêts à court terme -entrer au gouvernement - s'assoient sur leurs convictions:

AVANT: «Nous, élus écologistes, nous continuerons à œuvrer pour la reconnaissance pleine et entière du vote blanc, comme je l’ai déjà dit en commission. » Sergio Coronado (EELV), jeudi 28 novembre 2013, Assemblée nationale.

AUJOURD'HUI: « Certes, les bulletins blancs ne sont toujours pas intégrés aux suffrages exprimés, mais ils sont désormais comptabilisés et communiqués séparément des bulletins nuls lors de la proclamation des résultats.» Proposition de loi du groupe écologiste à l’Assemblée, mars 2015

La réforme électorale du 21 février 2014, jugée très insuffisante par les écologistes pendant les débats au parlement, est considérée suffisante aujourd'hui (!!!).

 

VAINQUEUR 2014

«Si le menu de la cantine ne te plaît pas, passe de l’autre côté du zinc et cuisine toi-même! Et si tu ne veux pas accepter de prendre des responsabilités, milite pour le système politique le plus exigeant du monde: l’anarchie.» Charb, Charlie Hebdo, 13 décembre 2013.


Voir les autres candidats de l'édition 2014

Lauréat de l'édition 2013:

Pour la première fois, l'Association remet un prix à un collectif. L'UDI a amplement mérité le titre 2013 suite à sa magistrale initiative parlementaire, préparée de longue date et criante de cohérence. Lire le détail de cette candidature.

Lauréat de l'édition 2012: «En tout état de cause, même s'il y avait 40 millions  de votes blancs, il faudrait bien que quelqu'un soit élu.» Guy Carcassonne, constitutionnaliste vénéré, France-Info, 8 mai 2012. 39 999 999 bulletins blancs, un vote X: c'est X qui est élu !!!

Lauréat de l'édition 2011: «Ceux qui souhaitent comptabiliser les bulletins blancs ont une idée derrière la tête : démolir la république et l'Etat, mais sans dire au profit de qui ou de quoi.... » Michel Charasse, clown politique que l'on ne présente plus, La Montagne.fr, 19 août 2011.

Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Bons conseils

SAUVÉS DE L'OUBLI !

bbludovic_lacreuse.png

Retrouvez les photos de bulletins annulés de Ludovic Lacreuse

Pensez à aller régulièrement visiter les rubriques 'le vote blanc à l'étranger' et 'Partenaires' qui vous emmèneront hors de France ainsi que notre banque de données pour tous les résultats (cartes et chiffres), propositions de loi, questions au gouvernement, amendements...

Le vote blanc en deuil
IL N’A PAS VOULU VOIR CA

caillavet.jpg
 

Le 27 février 2013, Henri Caillavet est mort, âgé de 99 ans. Le 28, les socialistes et les centristes se ridiculisaient au sénat en se glorifiant de prendre la mesure électorale la plus inepte, le vote blanc séparé des bulletins nuls mais toujours censuré et toujours invisible dans les bureaux de vote, le citoyen étant encore, pour ces élus, un être mineur, inapte à l’indépendance.

Le sénateur radical socialiste Caillavet, lui, en 1980, avait déposé la proposition de loi la plus complète sur le vote blanc.
Lire les propositions de loi

Rechercher
Rechercher
Visites

 933820 visiteurs

 15 visiteurs en ligne

Vous êtes sur le site de l'Association pour la reconnaissance du vote blanc

6 avenue Anatole-France Tour de l'église - 94600 Choisy-le-Roi
Tél. 07 81 41 66 14 - Fax 08 97 10 32 55  - vote-blanc@orange.fr


Adhérer à l'Association  Banque de données  
Archives  Presse


rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.vote-blanc.org/data/fr-articles.xml

Y a-t-il de bons et de mauvais électeurs ? Quand on défend le vote blanc on récuse ce genre de question. Celui qui vote blanc est aussi digne que celui qui choisit un candidat. Il faut plutôt parler d’électeurs qui se trouvent dans un contexte social et politique plus ou moins favorable.

Coupure est/ouest

Le référendum de 2005 a fait ressortir un phénomène devenu un classique pour le vote blanc. La France peut être coupée en deux : l’ouest où se situe plus de la moitié des départements ayant majoritairement voté ‘oui’ et l’Est où l’on trouve presque tous les départements ayant eu un fort pourcentage de ‘non’. On constate très régulièrement ce découpage pour le vote blanc. Quand on regarde la répartition des bulletins blancs à travers toutes les consultations électorales depuis la présidentielle de 1988, on note que l’ouest du pays – de la Normandie au sud-ouest en passant par le Massif Central – réserve un accueil chaleureux à ce type d’expression. C’est la France des faibles densités. En revanche dans le nord, l’est et tout le long du littoral méditerranéen – la moitié plus urbanisée, plus industrialisée, où l’immigration est mal vécue – le vote blanc a moins de succès.

Le premier tour de l’élection présidentielle de 2002 donnait la même physionomie quand on observe le vote ‘Le Pen’. Voici quelle lecture se dégage de l’ensemble des résultats du 21 avril :

 

ENTRE VOTE ‘LE PEN’ ET ABSTENTION

 

Les départements de la crise aboutie. Les Alpes-maritimes surtout mais aussi le Rhône ont voté massivement pour le candidat ‘Le Pen’ et ont très peu recouru au vote blanc. Le premier département cité a enregistré une très faible abstention tandis que pour le second elle a été moyennement élevée.

 

Les départements de la crise complète. Les départements de la Seine-Saint-Denis, de la Seine-et-Marne, du Val d’Oise et de l’Essonne en région parisienne, de lq Corse du sud, du Var et des Bouches-du-Rhône en Méditerranée cumulent vote élevé en faveur du candidat ‘Le Pen’, forte abstention et très faible pourcentage de vote blanc.

 

Les départements de l’indifférence. Paris, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne n’ont pas voté massivement pour le candidat ‘Le Pen’ mais se font remarquer par un fort taux d’abstention et par un vote blanc très bas. La Haute-Corse et les Yvelines se distinguent des précédents par un vote Le Pen non pas très élevé mais dans la moyenne nationale.

 

Qui pourra parler pour l’ensemble de ces départements où le vote blanc est marginal de régions où souffle l’esprit du civisme et de l’esprit républicain ?

 

Exception : le Finistère est le seul département où le pourcentage de bulletins blancs est régulièrement bas sans que cela corresponde à un niveau de votes ‘Le Pen’ élevé ou à une abstention très forte (elle a été moyennement élevée le 21 avril).

 

 

LE MECONTENTEMENT PAR LE VOTE BLANC

 

Si l’on regarde, à l’opposé, les départements dans lesquels le vote blanc a été qu-dessus de la moyenne nationale (15 départements à plus de 4%) on s’aperçoit que le candidat ‘Le Pen’ n’a pas pu y faire ses choux gras. En effet, seules les Vosges entrent dans la catégorie des départements en crise (abstention et vote ‘Le Pen’ élevés) malgré un recours au vote blanc important, suivies de la Sarthe où le vote ‘Le Pen’ est resté dans la moyenne nationale.

Dans le Tarn et la Haute-Loire, si l’abstention a été basse, le vote ‘Le Pen’ a été moyennement élevé. Dans l’Allier et la Creuse, le fort taux de vote blanc a correspondu à un résultat relativement bas pour le candidat ‘Le Pen’ mais n’a pas empêché un taux d’abstention moyennement élevé.

 

Les départements responsables et à l’esprit républicain. Neuf départements parmi ceux qui affichent un fort vote blanc ont dû faire se pâmer d’aise les dirigeants de gauche et de droite modérée secoués le 21 avril : taux d’abstention et vote ‘Le Pen’ en-dessous de la moyenne. Ces départements sont : La Mayenne, le Maine-et-Loire, la Vendée, les Deux-Sèvres, la Dordogne, le Lot, l’Aveyron, la Haute-Vienne et l’Indre.

Dans ces départements, les électeurs se sentent encore motivés par l’enjeu et conservent un esprit constructif. C’est pourquoi ils n’hésitent pas à utiliser le vote blanc quand ils jugent que les candidats en lice ne font pas preuve d’assez d’exigence. Ils sont donc encore à l’écoute et prêts à s’investir.

***

Le sud-ouest a voté ‘non’ au référendum de 2005. Mais c’est là que l’on trouve la plus forte participation, alors que c’est dans la moitié est que l’on retrouve les plus forts niveaux d’abstention. Paris a battu le record de ‘oui’ mais a toujours aussi peu voté blanc. Les catégories supérieures sont plus nombreuses dans la capitale et le niveau d’instruction y est plus élévé que dans le reste du territoire. Quand on se sent ainsi aussi fort on ne doute pas et on vote pour la nouveauté. Mais n’est-ce pas cet aplomb, considéré comme de l’autosuffisance, qui a été entre autres sanctionné à l’occasion du référendum ?

Là où le vote blanc est souvent élevé, l’abstention est rarement forte et les votes extrémistes ont moins de succès. Quand on sait – sondage du CECOP, 1998, à l’appui – que peu d’électeurs choisissent systématiquement le vote blanc, cela veut dire que c’est un électorat dans son ensemble qui croit encore aux vertus de l’acte électoral et pense pouvoir être entendu sans recourir à un bulletin ‘coup de poing’ ; pour lui, le vote blanc est un suffrage naturel et positif. Ces remarques n’ont pas pour but d’accuser les électeurs de la moitié Est de la France d’être de mauvais citoyens. Les personnes engrande difficulté y sont plus nombreuses et elles ne voient plus très bien comment une élection pourra résoudre leurs problèmes, sauf à tomber dans les extrêmes. Dans ce contexte là, le bulletin blanc n’a pas d’attrait.

On ne voit pas comment les électeurs de l’ouest deviendraient irresponsables et mésureraient du vote blanc s’il était reconnu. Mais l’on peut imaginer que le vote ‘Le Pen’ aurait fortement décru le 21 avril dans la même hypothèse. Profitons-en pour faire de la politique fiction. Imaginons un second tour en 2002 avec le candidat ‘Jacques Chirac’ vainqueur en recueillant 40% des voix contre 20% à son adversaire. Les électeurs de gauche auraient donc voté blanc et obtenu 40%. Le président élu aurait-il été plus affaibli par ce résultat nettement inférieur à 82%. N’aurait-il pas évité au contraire un règlement de compte dans la rue lors de la réforme sur les retraites où le projet du CPE et un troisième tour à son désavantage le 29 mai 2005 ? Le Parti socialiste, lui, en culpabilisant les électeurs qui avaient choisi un ‘petit candidat’ au lieu de comprendre leurs motivations et en instaurant le devoir du vote utile dès le premier tour a préparé le coup de bâton reçu sur la tête le 29 mai. Le vote blanc depuis longtemps jugé comme négatif par tous les ministres de l’intérieur, le bipartisme avancé comme l’avenir indispensable de notre démocratie par l’UMP et le PS, le vote protestataire ne pouvait que prendre encore plus d’ampleur.

 

La reconnaissance du vote blanc ne résoudra bien sûr pas cette défiance qui se généralise à l’égard de l’acte électoal, mais l’UDF agissait pour en garder la force démocratique en déposant par son groupe à l’Assemblée nationale une proposition de loi à ce sujet, rédigée par le député Jean-Pierre Abelin. Le résultat du référendum confirme la pertinence de cette action, mais François Bayrou a cédé aux sirènes de l’électoralisme.

 

 

             En 1992 déjà, au sujet du traité de Maastricht

 

Sur les 6 départements qui ont dépassé les 5% de vote blanc, 4 ont obtenu une majorité en faveur du ‘oui’. En revanche, sur les 24 départements qui sont restés sous la barre des 3% de bulletins blancs, 14 ont majoritairement voté ‘non’. Et l’on retrouve en cette occasion les deux France : la France vide (Aveyron, Haute-Loire, Mayenne, Deux-Sèvres, Tarn, Haute-Vienne) d’un côté, la France urbaine, moderne, en crise, de l’autre (toute la région parisienne élargie à l’Yonne, à l’Oise et à l’Eure, Marseille et la Côte d’Azur et le Lyonnais plus Bordeaux, la Meurthe-et-Moselle et la toujours flamboyante exception corse. Ceux qui détonnent vraiment dans ce tableau sont la Marne et la Côte d’Or).

 

 


Date de création : 07.08.2006 @ 21:50
Dernière modification : 06.01.2007 @ 12:34
Catégorie : Pour approfondir - Analyses et prises de position
Page lue 8040 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°2 

par jean le 13.04.2007 @ 11:49

beaucoupe d'extrapolation notamment sur les causes du non au tce, les manifs du cpe etc...

mais continuez a defendre le vote blanc et sa reconnaissance, ceci ne vous oblige pas à faire de la politique fiction mais juste de promouvoir une amélioration de la démocratie par une meilleure écoute des votes des citoyens...

Réaction n°1 

par benoitgeyer le 23.01.2007 @ 19:15

voici le film du 21 avril 2002 a cette adresse
http://www.dailymotion.com/benoitgeyer



Réseaux sociaux


 
Notre collection sonore
A ECOUTER !

Approfondissement du domaine du vote
(De quoi s'agit-il ?)

Episode 7: 4 millions d'électeurs ignorés... mais toujours le statu quo (Henri Cabanel, Frédéric Micheau)
Episode 6: Le vote, une prise de décision (Daniel Gaxie)
Episode 5: Le vote obligatoire, quel progrès ? (Gisèle Jourda, Georges-Louis Bouchez, Charles-Edouard Sénac)
Episode 4 : La légitimité de l'élu face au pouvoir à affirmer de l'électeur (Corinne Lepage, Alexandre Malafaye)
Episode 3: Mieux voter, c'est possible. (Michel Balinski, Irène Inchauspé)
Episode 2: Un autre électeur est-il envisageable pour le XXIè siècle ? (Alain Garrigou, Frédéric Lefebvre)
Episode 1: Vivre et voter sur un territoire (Jean Lassalle, Aurélia Troupel, Sylvain Manternach).

 
Le vote blanc en 2017

Présidentielle

1er tour: 0 944 733 (2,55%)

2nd tour: 4 085 724 (11,52%)


Législatives

1er tour: 0 513 344 (2,21%)
2nd tour: 1 988 549 (9,86%)
 

Rappel

Présidentielle (2012)

1er tour : 0 701 190 (1,92%)

2nd tour: 2 154 956 (5,82%)

Présidentielle (2007)

1er tour: 0 534 846 (1,44%)

2è tour: 1 568 426 (4,20%)

 

Accéder à notre banque de données

Contre le vote obligatoire
« Lorsque les peuples, il y a cinquante ans, élevaient des barricades et renversaient les gouvernements pour obtenir le droit de suffrage, ils auraient cru à une plaisanterie si on leur avait dit que, par un retour imprévu des choses, les souverains voudraient à leur tour mettre à l’amende ou jeter en prison tous ceux qui n’useraient pas du droit conquis ». thèse signée de Francis Sauvage, intitulée De la nature du droit de vote et soutenue en 1903
Version 'personnel politique'
Version 'universitaires'
Notre bibliothèque


Le livre défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Il démontre que cette évolution est indispensable dans une démocratie qui se veut moderne.
Pour l'acheter


Comme le volume 1, ce volume défend la prise en compte comme suffrages exprimés des bulletins blancs. Notre république se dit laïque mais c’est une laïcité chrétienne. L’acte électoral est sacralisé et l’électeur profane ne peut y accéder qu’en respectant des formes précises. Le vote blanc qui est une tentative de certains électeurs de s’approprier ce moment démocratique est rejeté parce que sacrilège.
Pour l'acheter

Bulletins blancs

de Olivier Durand

206 pages
 

 Ce livre prend la suite de celui publié en 1999. Il défend la comptabilisation des bulletins blancs comme des suffrages exprimés. Il présente l'évolution politique en France et ce qui se passe à l'étranger. Présentation

Pour l'acheter


  A QUOI BON ALLER VOTER AUJOURD'HUI ?
Sous la direction de Olivier Durand     préface d'André Gerin

Questions contemporaines

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

Le vote utile est devenu une panacée pour les professionnels de la politique. Il faut à tout prix dégager un vainqueur. Et tant pis si l'électeur se sent floué. On commente énormément les résultats électoraux mais on étudie rarement le rôle et les motivations de l'électeur entré dans le bureau de vote. C'est tout l'objectif de ce livre : retrouver l'esprit de l'acte électoral

Préface du livre

Couvertures


 LE VOTE BLANC
Pour un suffrage vraiment universel

Olivier Durand
Préface d'Hervé De Charette

Questions contemporaines

Premier livre sur le vote blanc, cet ouvrage se veut avant tout une synthèse engagée. Il défend sans ambiguïté l'idée qu'il faut aujourd'hui donner plus de poids aux individus à l'occasion des consultations électorales en respectant scrupuleusement leur opinion, et donc en intégrant dans la catégorie des suffrages exprimés les bulletins blancs.

ISBN : 2-7384-7628-7 • 1999 • 240 pagesPrix éditeur : 19,85 €    


  La Lucidité

 de José Saramago

Le livre du Prix Nobel Saramago où le vote blanc est le héros.

Saramago, José : La Lucidité  (Livre) - Livres et BD d'occasion - Achat et vente

Lire notre commentaire du livre


   The probability broach

de L. Neil Smith

 The Probability Broach.jpg

Science fiction américaine publiée en 1980 dans un monde parallèle où le vote blanc (none of the above) va de soi.

Notre analyse du système démocratique présenté dans le roman:


Long résumé du roman: